hub brussels
hub brussels
M.""

M.

Success story 11.10.2018

La marque qui avait plus d’un tour dans son sac.

Imaginer le sac parfait est une chose, le commercialiser en est une autre. Alors, comme on apprend à pêcher, Myriam Messahel, architecte de formation, a décidé d’apprendre à commercer. Comment ? En observant ceux qui le faisaient déjà, via le programme européen « Erasmus pour jeunes entrepreneurs ».

Plus qu’un accessoire, le sac à main est, pour Myriam Messahel, un symbole d’affirmation de soi. L’architecte s’est donc essayée à esquisser un prototype personnalisable à l’envi : une seconde peau aux courbes tantôt discrètes tantôt généreuses, aux traits fins ou affirmés, au cœur en cuir… ou en bandoulière. Mais comment lancer sa marque sans vendre la peau de l’animal ?

Une plateforme de talents affirmés ou en devenir

Financé par la Commission européenne, le programme EYE permet aux futurs entrepreneurs européens d’acquérir ou d’échanger, durant un à six mois, des connaissances et des idées entrepreneuriales avec un entrepreneur expérimenté.

Myriam s’est donc inscrite via la plateforme dédiée, afin de trouver un.e entrepreneur.e qui la prendrait sous son aile. En tant que coordinatrice du programme EYE pour la Région de Bruxelles-Capitale, hub.brussels a accompagné Myriam dans ses démarches.

Elle a épaulé la créatrice dans la définition de son plan d’affaires et son plan financier et a géré, en amont comme en aval, tous les détails administratifs et juridiques de son échange.

Un Erasmus au pays du cuir

C’est à Florence, dans une maroquinerie de luxe du nom de VIAJIYU, que Myriam a trouvé son mentor : une américaine au sens affûté des affaires et à la motivation sans faille.

Dans sa boutique, la jeune bruxelloise a appris à mesurer les risques, éviter les pertes et gérer les stocks, les fournisseurs… mais aussi et surtout les clients.

En arrière-boutique, Myriam a mis ses talents d’architecte au service du magasin, en esquissant notamment des croquis pour le réaménagement du local : une situation « win-win », qui sent bon le cuir et l’origan !

Au terme de son voyage, Myriam a ramené dans ses valises un business plan à la ligne aussi maitrisée que ses créations. Entièrement réalisées à la main, celles-ci sont à l’image de la personne qui en tient l’anse : uniques. Elles sont signées d’un « M » élégant, pour Myriam Messahel. L’affaire…est dans le sac.

 

« Mon Erasmus m’a appris…la patience. Travailler au jour le jour avec une entrepreneure permet d’apprendre le métier à vitesse VV prime, et de se rendre compte que rien ne s’improvise, dans le monde du commerce ! J’ai pu vivre cette expérience en toute sérénité, grâce à la réactivité et au professionnalisme de Nadine, mon point de contact chez hub.brussels ».

Myriam Messahel, fondatrice de M.

A lire aussi